Et … ACTION!

Chaque État a le devoir de préserver la liberté de création et de promouvoir l’existence d’un grand nombre d’auteurs indépendants afin de garantir la diversité et le renouvellement de la création.

De plus, ces auteurs sont des créateurs d’emploi car leurs œuvres déclenchent un cercle vertueux qui contribue fortement à l’économie mondiale, de la production de l’œuvre à sa visualisation par le public.

L’absence d’un droit à rémunération proportionnelle, incessible et inaliénable pour les scénaristes et réalisateurs est un oubli flagrant dans de nombreuses législations nationales.

Ce droit existe dans quelques pays mais du fait de l’abolition des frontières à l’ère numérique il doit exister partout pour produire de réels effets.

Une obligation légale de rémunération proportionnelle rétablira les droits des scénaristes et des réalisateurs et leur permettra d’accroître davantage leur contribution à l’économie et à la culture.

Soutenir la campagne audiovisuelle

La clé de cette campagne est la prise de conscience. La majorité des scénaristes et réalisateurs parvient difficilement à vivre de la création.

Au Royaume-Uni par exemple, seuls 11,5% des scénaristes vivent de leur métier d’écriture uniquement1, tandis qu’en Espagne, le nombre de scénaristes qui vivent de leur métier a diminué de plus de 30% en dix ans. En 2014, le montant perçu en Espagne par les auteurs du scénario d’une série diffusée en prime time était compris entre 9 000 et 10 000 euros (pour tous les scénaristes), quand il s’élevait à 15 000 euros dix ans auparavant2. Et en Australie, 50% des membres de la Guilde nationale des réalisateurs (AGD) gagne moins de la moitié du salaire moyen national, malgré une expérience de plus de 10 ans3.

Aujourd’hui, le secteur européen de l’audiovisuel et du cinéma représente 2,6% du PIB de l’Union Européenne et emploie 5,8 millions de personnes4. Imaginez à quel point cette contribution pourrait croître si la loi imposait que les créateurs audiovisuels soient correctement reconnus et rémunérés.

Références:
1 source: ALCS | 2 source: DAMA | 3 2015 Australian Directors Guild survey of members | 4 « Remuneration of authors and performers for the use of their works and the fixations of their performances » – Étude Europe Economics-IViR pour la Commission européenne – 2015.
Quand un auteur écrit le mot “FIN”, c’est le début d’un processus qui met en œuvre des centaines d’emplois et de services, avant même que le scénario ne soit effectivement mis en production.